Propositions de label qualité technique et beta-test !

Je me rappelle que JB a insisté à plusieurs reprise sur le fait que ses jeux étaient GPL et qu’il acceptait volontier les corrections sur ses jeux. Cependant reste le problème des bibliothèques modifiées en effet.

[Edit] Pour certains jeux, l’auteur voudra faire les corrections lui-mêmes. Pour d’autres nous pourrons intervenir directement et faire évoluer le code source, par exemple en utilisant un dépôt subversion. Cela permettrait notamment aux testeurs de corriger directement les fautes d’orthographe ou de mise en page, et laisser l’auteur se concentrer sur les corrections plus lourdes.

[Edit] En fait sa license n’a rien à voir avec la Gnu Public Licence de la Free Software Foundation. Cela s’apparente plutôt à du freeware (pas de modification, pas d’utilisation commerciale)

J’adhère complètement aux trois propositions et je m’inscris d’ores et déjà à l’équipe de beta-test section Brigade Anti Crime-Against-Mimesis.

Plus sérieusement, les idées sont très bonnes, et ça va me permettre de me replonger un peu dans l’if. Je souhaiterais mettre en relief ce petit Edit:

J’ai de plus en plus de contacts non-voyants et c’est vrai que les fictions interactives en passionnent plus d’un, cependant il est plus ou moins compliqué de les faire tourner sur leurs machines quand ils n’y connaissent rien. Enfin ça fera sûrement l’objet d’un article quand j’aurais obtenu plus d’informations d’une amie non-voyante (Jenaech pour Stormi :wink:).

Bon, sinon Otto faut pas être aussi pessimiste. Tu vois il y a des valeurs ajoutées, j’ai eu la flemme de participer au concours mais on m’appelle et je suis là :slight_smile:

100 % d’accord. Je ne dis pas que cela sera facile, mais créer un label certifiant la qualité des jeux ne peut être qu’une garantie supplémentaire pour les joueurs.

Et pour les auteur, ce ne sera pas si difficile : corriger des bugs et des fautes d’orthographe sont des modifications assez mineures.

Bien, puisque l’idée de ce label semble faire son chemin, le moment me semble venu de le définir avec précision, avant de commencer à chercher à l’apposer.

Je vais essayer de développer un peu plus ma proposition pour qu’on la fasse évoluer avant de la valider. Le but est d’essayer de fixer des critères objectifs (ce ne sera pas toujours simple) pour que des personnes différentes donnent sensiblement le même avis sur un jeu vis à vis du label.

Commençons par les critère les plus faciles

Pas de bug majeur connu
Un jeu pourra être décrété sans bug majeur connu si les deux personnes (il me semble que une seule c’est insuffisant et trois c’est utopique), autres que le ou les auteurs, qui l’ont testé avec soin n’ont pas rencontré de problème technique majeur (un crash, l’impossibilité de finir le jeu dans certaines conditions - sauf si c’est explicitement voulu par l’auteur et compréhensible par le joueur…) ou de grosse incohérence (un objet fixé qui se balade, une porte fermée à travers laquelle on passe…),

Pas ou peu de fautes d’orthographe
Un jeu pourra obtenir le label si deux personnes peuvent jouer au jeu sans remarquer plus de quelques fautes d’orthographe maximum (mettons 3 fautes maximum par exemple, à moduler éventuellement selon l’ampleur du jeu).

Mise en page irréprochable
Un problème que je rencontre plus souvent dans les créations francophones que dans les jeux anglophones que j’ai pu tester, ce sont les sauts de ligne intempestifs (cf informfr.tuxfamily.org/flyspray/ … &task_id=9). Le label ne sera donc donné qu’aux jeux qui respectent (sauf justification acceptable) la mise en page suivante, tirée de la discussion qui a eu lieu dans le lien ci-dessus lors du développement de Lieux Communs :

  1. Pas de saut de ligne après le prompt.
  2. Un saut de ligne avant le prompt, et un seul.
  3. Une seule ligne entre la description du lieu et la description des objets.
  4. Une seule ligne avant les descriptions supplémentaires « d’ambiance »
  5. Un saut de ligne avant le nom d’un lieu, mais aucun après.
    Concrètement, si deux personnent peuvent jouer sans remarquer plus de quelques fautes de mise en page (mettons 3 fautes maximum par exemple, à moduler éventuellement selon l’ampleur du jeu), le test est passé.

Le jeu répond de manière cohérente aux actions du joueur
Autrement dit, c’est la chasse aux « Crimes Against Mimesis ».
Le principe de base, c’est d’éliminer un maximum de réponses qui cassent l’expérience du joueur car en décalage avec son intention. C’est une notion vaste et une difficulté inhérente à la conception et à la réalisation de toute fiction interactive, il importe donc de ne pas fixer un objectif inatteignable, mais tout de même d’être exigeant.
C’est relativement subjectif, mais je crois que nous avons tous plus ou moins la même idée à ce sujet, dans les grandes lignes :

  • tout élément mentionné, voire fortement suggéré, dans les descriptions, doit pouvoir être observé par le joueur (par observer j’entends : regarder, éventuellement fouiller, sentir, écouter… avec bien sûr une réponse qui peut être un simple message d’erreur du type « cela est sans importance », bien que plus de détail soit souhaité). Un simple mécanisme permettant d’afficher à nouveau une description générale lorsqu’on tente de s’attarder sur un point de détail peut passer le test, mais on est encouragé à récompenser le joueur de sa curiosité, et si la frustration est estimée trop grande par le deux testeurs, le label peut être refusé.
  • les synonymes les plus évidents doivent être reconnus
  • les PNJ doivent avoir un comportement cohérent (cependant vu la difficulté du sujet on évitera d’être trop exigeant)

(à discuter) Le jeu est accessible
Le jeu est jouable avec une synthèse vocale ou sans son, autrement dit, le texte seul suffit à résoudre toutes les énigmes et à suivre le scénario.
Ce critère peut constituer à lui seul la base pour un autre label, ou une option facultative de notre label qualité technique (un peu à la mode des licences Creative Commons à options).
J’ai pour ma part tendance à considèrer qu’à partir du moment où un jeu ne peut pas être joué intégralement en mode texte, il ne peut prétendre au label qualité technique ifiction-fr. Sons et images sont des plus appréciables, mais trop reposer sur l’un ou l’autre pose des problèmes d’accessibilité. À discuter.

Voilà, j’ai besoin de votre aide pour améliorer ces critères, ajouter éventuellement ceux que j’aurais oublié

Dans la pratique
Dans la pratique, un auteur pourra faire candidater un jeu à l’obtention du label, déclenchant alors le test par deux testeurs, qui valideront ou non les étapes citées ci-dessus, en les justifiant.
Si des corrections doivent être apportées, et si elles le sont dans un délai raisonnable (à définir), le jeu pourra être re-testé par une seule personne au lieu de deux (voir si cela peut être une des deux personnes du début, ou s’il en faut une troisième) en vue de l’obtention du label.

Je pense qu’il vaut mieux bien séparer l’idée de tests/corrections de celle de labelisation, dans le sens où il ne me semble pas souhaitable de dire « tiens je vais présenter mon jeu pour obtenir le label même si je sais qu’il ne l’aura pas, mais au moins ça me fera des retours pour l’améliorer ». On a l’équipe de beta-test pour cela, et même si les personnes peuvent être les mêmes dans un rôle ou dans l’autre, ce ne sera pas forcément toujours le cas il me semble bon de séparer les rôles.

Questions en vrac

  • Une idée de joli logo ?
  • Ajouter des critères du type « présence des commandes aide, auteur(s), license, … » ?
  • Trouver un nom officiel pour le label
  • Mentionner le label une fois obtenu au sein même de l’interface des jeux concernés ?
  • Qui peut être membre du jury ? Suffit-il de se proposer ?

Si logo il y a, il faudra éventuellement prévoir son homologue en Ascii. Comme ça, le label pourra être intégré directement au sein du jeu.

Certification ISO 9001 :slight_smile:

Ou bien mettre un logo, quitte à renvoyer le joueur sur une page d’explication au sein du jeu dans une page spéciale ou bien sur le site.

Pourquoi pas ? Quitte à soumettre la candidature du postulant au jury déjà existant.

J’ai la même impression aussi. Et c’est une très bonne initiative que d’essayer d’améliorer cette situation ! :slight_smile:

Sur ce point, je ne suis pas d’accord. Oui, le fait que les jeux IF sont accessibles aux déficients visuels est un gros avantage, et ce serait dommage de le perdre entièrement. Mais NON, l’accessibilité n’a rien à voir avec la qualité technique, et on peut très bien vouloir faire des jeux où certaines énigmes dépendent de graphismes, ou même des hybrides jeu graphique/jeu texte comme les vieux jeux Sierra.

Si l’accessibilité était une condition pour le label, un jeu comme Ekphrasis, par exemple, même avec ses bugs entièrement corrigés, ne pourrait jamais obtenir le label ! Sauf en en supprimant carrément des bouts, mais ce serait un appauvrissement du jeu, tout simplement. (On pourrait éventuellement faire deux versions, la version normale et une version spéciale en pur texte et sans les éléments dépendants des graphismes, mais ce serait bien du travail !..)

Je suis donc pour un label d’accessibilité séparé de l’autre, ou des options facultatives. L’IFWiki utilise les critères « color », « graphics » et « sound » pour l’accessibilité – pour chaque critère, un jeu peut avoir « none » (il n’y a pas du tout de graphismes/sons/couleurs de texte), « optional » (il y en a, mais on peut s’en passer pour jouer) et « required » (on ne peut PAS s’en passer) – et c’est utile à la fois pour les déficients visuels/malentendants/etc. ET pour certains interpréteurs (exemple : interpréteurs TADS 3 sur Mac OS X) qui n’ont pas ou pas toutes les options multimédia. Nous pourrions peut-être nous inspirer de ce système.

Et tant que je parle d’Ekphrasis, ce serait un bon candidat pour les corrections du gang des bêta-testeurs francophones. En effet, c’est un jeu qui, à la fois, en vaut la peine et en aurait besoin : il y a quand même divers problèmes, surtout tout à la fin, où une énigme me paraît incohérente et SURTOUT où je n’étais pas parvenu à atteindre par moi-même la fin optimale (il avait fallu que JB me l’envoie dans un fichier séparé) : vous si ? Et puis, j’ai toujours mes fichiers Word de bêta-test de la première partie du jeu que j’avais envoyés trop tard et qui n’avaient donc pas pu être pris en compte par l’auteur : ils pourraient servir à quelque chose, comme ça…

Je sais que les fichiers d’images et sons ont été perdus, mais pourraient-ils être récupérés dans le fichier .blb ?

Sinon, j’aime bien l’idée selon laquelle des gens autres que l’auteur pourraient faire des corrections d’un jeu eux-mêmes : l’auteur a bien le droit d’en avoir assez de la programmation d’un jeu donné au bout d’un moment et vouloir passer à autre chose. Enfin, bien sûr, il faut savoir se limiter aux bugs et fautes : il faut que le jeu reste le même que l’original à part ça, sans initiatives personnelles pour l’histoire ou l’écriture ! Ce qui peut rendre bien difficile les corrections quand les problèmes sont des descriptions d’objets manquantes…

(Au fait, le forum a une activité exceptionnelle ces derniers jours !)

Ton premier message sur le forum date du 17 avril 2006, on dirait.

Ah oui, je me crois plus vieux que je ne le suis réellement :slight_smile:

Bah tu citais probablement l’époque où tu avais redécouvert les fictions interactives :smiley:

(On peut tenter de rattraper le coup comme on peut hein ^^).

=> ok sans restriction

=> ok sans restriction

=> ok mais avec Inform 7 il y a eu des changements à ce niveau. Par contre je viens de voir qu’en modifiant les bibliothèques francophones avec Inform 7 j’arrivais à supprimer le double espace avant les descriptions d’objets, ce qui est un bon point (je vais corriger mes jeux en sortant une nouvelle version prenant cela en compte). Pour ajouter des descriptions différentes suivant le contexte ou de façon aléatoire, il faut également jongler avec les conditions, ce qui peut faire oublier des points à certains endroits. Bien entendu, il faudra essayer de tout mettre d’équerre à ce niveau-là aussi, pour donner des jeux cohérents. Je rappelle quand même qu’un saut de ligne de trop est toujours mieux qu’un saut de ligne qui manque…

=> ok, mais là aussi, plus on rajoute un univers détaillé, plus c’est pas facile (ou moins c’est facile :slight_smile: ) d’éviter ce problème. Je suis aussi d’accord pour dire qu’il faut tendre vers cela, mais il me semble impossible de pouvoir intercepter tous les éléments du décor ou les éléments suggérés, ou faire autrement que de seulement renvoyer vers la description générale, sauf si on a une équipe de développeur avec soit pour travailler sur le projet :slight_smile:

Le jeu est jouable avec une synthèse vocale ou sans son, autrement dit, le texte seul suffit à résoudre toutes les énigmes et à suivre le scénario.

=> je suis d’accord également. Je pense que n’importe quel jeu peut être relativement facilement adapté pour permettre d’éviter les énigmes uniquement visuelles ou sonore (pour revenir au cas d’Ekphrasis, il pourrait y avait une variable permettant d’avoir une option supplémentaire pour les non voyants, décrivant l’image ou ce qui s’y passe).

Ainsi comment cela fonctionnerait-il en cas de refus pour un ou plusieurs points cités plus haut ? Cela ferait comme un contrôle technique, avec une contre-visite, le jeu recevant le label en cas seulement si tout a été corrigé par la suite ?

Je suis d’avis de mentionner aussi éventuellement ces commandes dans le jeu :

aide : indiquer brièvement ce qu’est un jeu textuel, comment s’en sortir, s’il y a des commandes spéciales, des choses à savoir, la solution si nécessaire (ou dire si le jeu est suffisamment simple pour s’en passer)
licence : si le jeu est freeware, sous CC, gpl ou autre
credit (+ synonyme credits) : mentionner et remercier les beta testeurs, présenter l’auteur du jeu, l’url du site perso ou autre… (synonyme : auteur)
about (par contre je ne vois pas comment traduire en français, « à propos » risquant peut être de poser des pb d’interpréteur, mais c’est à tester aussi ?) : sert éventuellement à indiquer toutes les commandes plus haut, à moins que l’on mette cela dans aide (ou que about soit un synonyme de aide)

Pour le logo on pourra imaginer cela (+ en ascii bien entendu !), et pour le nom pourquoi pas « IFSO 42 » :wink: (Interactive Fiction Superzork Organisation)
Pour les testeurs, je pense que l’on peut faire cela à tour de rôle.

La manière dont je vois les choses : si tous les autres critères sont bons, quelques problèmes de sauts de ligne n’empêcheront pas la labellisation. En revanche s’il y en a beaucoup et que ça se remarque particulièrement, là ça devient bloquant (un problème lié au système utilisé, dont pas du ressort de l’auteur, pourra être une raison d’obtenir une dérogation).

Oui, je suis d’accord, et sur ce domaine on peut pinailler (stormiser ?) à l’infini, c’est pourquoi je proposais que simplement renvoyer vers la description générale suffise, même si l’auteur est toujours encouragé à faire mieux.
Question : tolère-t-on les « vous ne voyez rien de tel, à moins que ce ne soit sans grande importance » pour des éléments explicitement cités dans la description (et leurs synonymes évidents (eau, ocean, pour la mer par exemple). Je serais d’avis que non, c’est là que se situerait la limite entre « insuffisant » et « acceptable ».
Après, là où c’est plus dur c’est pour les éléments « devinables ». Exemple : je suis dans une maison, logiquement il y a des murs, un sol, un plafond, une porte. Impose-t-on une description (même un simple « Rien de particulier concernant les murs » comme dans les heures du vent), ou est-ce qu’on se limite aux éléments explicitement mentionnés ?

Pour éviter de refuser le label à un jeu intensément basé sur l’image ou le son, pour lequel un mode « accessible » dénaturerait grandement le jeu, peut-être peut-on envisager d’apposer le label dans une version « light ». Ca revient à l’idée du critère en option, sauf que ce serait une option qui est incluse dans le label de base, et simplement retirée du label light.

Oui c’est ainsi que je le vois, la contre-visite pouvant être moins approfondie si elle intervient dans un délai raisonnablement court.

De grâce, pas la solution dans l’aide :slight_smile: Pour le reste je suis bien d’accord.

Pour faire simple, je suis pour mettre cela dans l’aide en effet.

ok, bonne idée. L’IFSO 41 alors :wink: Effectivement, on peut garder un seul « label », mais mettre des graduations dans celui-ci.

Pour les solutions, pour ma part je rajoute un verbe nommé « solution », qui donne le détail complet de la solution. C’est pas obligatoire, mais si on se retrouve bloqué avec, sans connexion internet, cela peut éviter de galérer pour rien. J’ajoute également « astuces », qui peut donner des astuces contextuelles (mais c’est un peu long à mettre en place), en fonction du lieu ou des personnages présents.

On pourrait également encourager les auteurs à rajouter une couverture pour la présentation du jeu, ce n’est pas obligatoire, mais permet une accroche plus grande pour le public.

Et maintenant, on attaque sur quel jeux ? :smiling_imp:

ifiction.free.fr/index.php?id=jeux
ifiction.free.fr/index.php?id=speedif

Je pense qu’il faut commencer par un petit jeu pour se faire les dents dessus, avant de voir plus grand.
Pourquoi pas « les espions ne meurent jamais ? »

Je reprends quelques points de ce sujet de forum auxquels je n’avais pas encore répondu…

À propos de la page sur un site : je sais qu’il y a un site de beta-test anglophone ; je ne sais pas s’il pourrait servir ou non…

Et pour l’équipe de bêta-test ou celle de labellisation : en plus des membres habituels de la communauté francophone (qui passent sur ce forum ou sur la mailing list de Sabine), nous pourrions aussi demander à ces trois personnes si elles voudraient en faire partie : Michel Nizette (belge francophone, qui a bêta-testé des jeux en anglais), Felix Plesoianu (qui sait le français, puisqu’il a fait une critique d’Ekphrasis dans SPAG, et a également bêta-testé au moins un jeu en anglais) et Maureen Mason (qui sait le français, et avait beaucoup aimé Ekphrasis).

Ah oui, moi aussi, j’en ferai sans doute partie. :wink:

C’est vraiment un problème, en effet :confused: .

Ben, pourquoi pas ? Je ne comprends pas bien quels critères il y aurait pour refuser des gens : penses-tu à quelque chose en particulier ? Et puis, ça m’étonnerait qu’il y ait des hordes innommables de volontaires, alors nous ne pouvons guère refuser du monde.

Oui, et il faudrait aussi que tous les jeux mentionnent, avant que le jeu commence, quelque chose du genre « (Si vous n’avez jamais joué à un jeu d’aventure textuel, tapez AIDE.) », parce que les débutants n’en ont pas forcément l’idée et en ont besoin !

Sinon, l’équivalent de ABOUT dans les jeux en français a parfois été INFO, il me semble. Mais je serais d’accord d’en faire un synonyme de AIDE.

Pourquoi 42 ? (Je suppose que c’est une allusion à Douglas Adams, mais je ne vois pas trop l’intérêt…) Et le « Interactive Fiction Superzork Organisation » me paraît un peu pompeux, surtout le « Superzork » :confused:

Bien sûr, si l’auteur veut le faire, pas de problèmes, mais ça ne doit certainement pas être une obligation ! C’est une convention des jeux IF que seul ce qui est réellement cité est important. Sinon, on n’en finirait plus : il y a tellement de choses que l’on peut logiquement penser être dans certains lieux… Et en plus, il ne faut pas que le joueur soit forcé de deviner quelque chose de non mentionné (ou du moins fortement suggéré) : ça, ce serait un gros défaut de conception du jeu – que le label pourrait d’ailleurs interdire – car c’est indevinable.

D’accord ! Ce serait une sorte d’avertissement, voulant dire « attention, ce jeu n’est pas accessible à… »

Il ne faut surtout pas donner la solution sans qu’on la demande, bien sûr ! Mais il faut que le jeu mentionne toutes les possibilités d’aide, qu’elles soient présentes dans le jeu lui-même ou/et dans un fichier texte à part, et qu’elles soient une solution ou/et des indices un peu plus subtils et progressifs.

Et j’ai encore une question : que se passe-t-il si quelqu’un découvre un gros, gros bug APRÈS que le label a été donné ? Peut-on retirer le label à un jeu qui l’a eu ?

Bonne question. Je pensais plutôt à une page sur le site de ifiction-fr, mais on peut s’inspirer de la manière dont celui-là fonctionne, il y a des conseils intéressants.

Je ne pensais à rien en particulier en fait, à part bien sûr qu’un auteur ne peut labelliser son propre jeu, et qu’il faut tenter de garantir une certaine impartialité. Et il faudra peut-être quand même une ou plusieurs personnes pour gérer l’organisation (réception des demandes de labellisation, attribution des labelliseurs). On peut sûrement gérer ça sur le forum pour le moment, mais peut-être qu’il deviendra nécessaire à terme d’organiser un peu plus les choses.
Le fait d’avoir un ou des référents pourrait juste éviter des abus hypothétiques où un groupe de 3 copains arriveraient, l’un présentant un jeu et les deux autres s’autoproclamant jury et labellisant le jeu. Je doute que cela arrive mais bon…
Concrètement comment procéder si un jeu demande la labellisation ? Choix aléatoire des testeurs ? Choix sur la base du volontariat ?

+1 et +1

Oui c’est sûr le nom c’est pas encore ça, mais on va bien trouver quelque chose :slight_smile:

Je pense que oui, mais uniquement en cas de problème important (après, comment définir ce qui est important…). On peut imaginer qu’une demande de correction serait déposée et si elle n’aboutit pas alors le label pourrait être retiré. Dans la pratique j’espère bien que le gros bug sera vite corrigé et que la question de retirer le label n’aura pas à être posée.

Ah, d’accord : je n’avais pas pensé à ce genre de cas…

La plupart des testeurs ne seront pas disponibles en permanence, je suppose (problèmes de manque de temps dans certaines périodes) : il faudrait donc sans doute un moyen pour les testeurs de dire quand ils sont libres ou non. S’il y a plus de testeurs disponibles que le nombre nécessaire, il faudrait choisir en priorité ceux qui ne sont pas déjà occupés par le bêta-test ou la labellisation d’un autre jeu en ce moment ; et s’il y a encore le choix, c’est là qu’on pourrait choisir aléatoirement. Est-ce que ça irait comme ça ?

Au fait, je suppose que pour le label, il faudrait mentionner très clairement quelle(s) version(s) d’un jeu donné il concerne ! Il ne faudrait pas que quelqu’un télécharge une vieille version buggée d’un jeu en croyant que c’est celle-là qui a eu le label de qualité technique…

oui bonne idée (en donnant la date, c’est à dire le « serial number ») . Il faudrait également que le jeu indique qu’il a eu le label dans la partie « credit/info » par exemple, au terme d’une ultime recompilation. L’auteur pourrait également en profiter pour rajouter éventuellement des améliorations non obligatoires suggérées au terme du dernier test.

Attention pour l’ajout des améliorations non obligatoires, il ne faut pas qu’elles ajoutent des bugs (c’est si souvent le cas, la dernière petite modification qui fait tout planter…).

Bien, je propose qu’on attaque dans le vif du sujet :

  • beta test d’un jeu
  • corrections
  • test final et labellisation

Quel auteur propose son jeu pour commencer ? Il faut bien sûr quelqu’un qui soit prêt à apporter des modifications à son jeu, car même si le code source est accessible certaines corrections non triviales ne peuvent être faites par les testeurs.

J’insiste à nouveau sur le fait que beta-test et labellisation sont bien deux choses séparées, normalement on ne soumet à la démarche de labellisation qu’un jeu qui a déjà été testé et corrigé.
[Edit : là en l’occurrence je propose bien qu’on fasse l’un puis l’autre]

Critère supplémentaire pour le label :

Le jeu doit être compilé sans les outils de debuggage, parce des commandes comme gonear et purloin n’ont rien à faire dans la version finale d’un jeu :slight_smile: